« Intégration Sociale et Lutte contre l’Exclusion » ISLE

Mis en avant

                

ATELIERS « SAVOIRS DE BASE ET INITIATION À L’INFORMATIQUE »

Dans le cadre du Pacte Territorial d’Insertion, depuis le 1er janvier 2009, nous avons mis en place les ateliers « savoirs de bases et initiation à l’informatique ». Séances collectives et individuelles, quatre fois par semaine du lundi au vendredi.

Cette action a pour objectifs de :

  • Lutter contre l’exclusion sociale et la fracture numérique

  • Renforcer l’autonomie et l’estime de soi

  • Améliorer la compréhension orale et écrite

  • Appréhender les repères spatio-temporels et être capable de les réutiliser

  • Être capable d’utiliser les bases du calcul, les 4 opérations.

  • Favoriser l’émergence d’un projet de formation ou un projet lié à l’emploi

Public : Toutes personnes orientées par les Pôles Sociaux, le CCAS, Pôle Emploi, Relience 82, Centre AMAR, et autres prescripteurs.

Ici, ça roule pour les roulettes

Quartiers Eté 2022

 

Direction le skatepark de la Roseraie pour les apprentis reporters de l’AMISS.

L’équipe n’est pas très convaincue car il fait chaud : y-aura-t-il des skateurs avec qui nouer le dialogue ?

D’autant qu’ils sont peu nombreux dans le groupe à apprécier cette discipline. Raison de plus pour aller à la rencontre de ceux qui la pratiquent et connaître leur motivation à ce sport que Aya qualifie de « trop dangereux ».

L’équipe AMISS va aller de bonne surprise en bonne surprise : les passionnés de roulettes sont nombreux à défier la chaleur pour s’entrainer …et ils sont tout aussi nombreux à être heureux de répondre aux questions

 

Surprise ; En arrivant au skatepark, pas de skateurs mais des jeunes qui font des acrobaties sur des trottinettes et qui expliquent « C’est moins difficile en trottinette ; on a un meilleur équilibre et on réduit les risques de chutes ».

 

 

Pas de problème de cohabitation ici entre trottinette, skate, roller, bmx … toutes les roulettes sont les bienvenues ; l’espace se partage en toute harmonie et respect entre les différentes techniques.

Quand les jeunes à trottinettes proposent à l’équipe d’essayer, il n’y a pas vraiment de volontaires ; tous sont trop contents de dire qu’ils doivent se consacrer au reportage. Surtout qu’un skateur virevoltant vient d’arriver et qui accepte spontanément de répondre aux questions.  Et puis un autre et puis encore un autre….

 

Gabriel le Lillois

Gabriel a presque 15 ans ; il habite Lille « où il n’est pas facile de faire du skate : il n’y a pas d’équipe de skate non plus à Lille. Je suis trop heureux de venir en vacances à Montauban où le skatepark est en accès libre et gratuit.  Il est bien pour s’entraîner même si à mon goût, il glisse un peu trop ».

 

 

Défi est lancé à Gabriel de motiver l’équipe à essayer le skate : « c’est un sport d’équilibre, on a la sensation de planer, de se mettre en danger. On apprend rapidement : en un mois ou deux on est capable de faire les figures de base. »

Amine est stupéfait : « deux mois pour les figures de base mais c’est énormeAu foot, on progresse bien plus vite ».

Malek se laisserait tenter mais Aya sa sœur est effarée : se mettre en danger, il n’en est pas question !

 

Simon le Cadurcien

Simon, 19 ans,  laisse l’équipe sans voix quand il explique qu’il prend le train quasiment tous les jours depuis Cahors pour venir au skatepark de Montauban s’entraîner avec ses copains. « Ça, c’est de la motivation 

 

 

Effectivement de la passion, Simon n’en manque pas : il explique tout l’aménagement du lieu, le pourquoi des lignes et des courbes : street, flat, bowl, gap, flat… Voilà qu’on améliore son anglais à l’écouter. « C’est normal, l’architecture d’un skatepark reprend le vocabulaire de la rue et du milieu urbain où désormais on peut plus faire de skate librement. J’ai eu une contravention à Toulouse pour avoir skaté sur une place.

Le problème c’est qu’il y a beaucoup de monde sur ce skatepark car il est très bien pour s’entraîner. Le soir, c’est de la folie.  Le skatepark , il est vraiment trop étroit :  il faudrait l’agrandir pour permettre aussi des figures plus complexes. »

 

Julien et Morgan, les montalbanais

Les deux skateurs arrivent à toute vitesse sur le groupe et pile avec précision pour se joindre à l’entretien de leur copain Simon.

 

 

Maintenant on parle argent : combien coûte une planche ? les chaussures ? les roulettes ? on doit les changer souvent ?

Mais l’équipe d’apprentis reporters sent bien qu’il est temps de les rendre à leur bowl , tricks , crubs et autres .

Sur le chemin du retour, l’équipe rend compte de ses ressentis :

Entre Gabriel qui organise ses vacances en fonction de la présence de skatepark accessible, Simon qui prend le train pour venir à Montauban s’entraîner avec les copains, les images de figures impressionnantes, les sauts en équilibre…. « ils n’avaient même pas de protections ! » mais tous en conviennent :  « c’est un sacré sport  qui demande une vraie persévérance , de la  motivation et un physique de grand sportif. »

Ils n’ont toujours pas envie de faire du skate mais quelque chose dans l’image de la discipline a changé dans les esprits.

 

Dessin d’Ibrahim

 

Une publication de

 

 

En savoir plus sur le skatepark de la Roseraie

Au cœur du Parc Chambord, juste à coté du complexe aquatique et en face de l’entrée du Lycée Bourdelle, le Skatepark est composé de deux parties : une aire street et un bowl.

Le Skatepark est en béton d’une surface de 650 m2. Il est composé d’une partie bowl ouvert sur la partie skatepark . Le bowl a divers hips et diverses hauteurs, avec une bosse et une plateforme au milieu. La partie skatepark est composée d’un plan incliné, curbs, flatbar, table à wheeling, plans inclinés en hip et un rail. Le skate parc est réservé aux pratiquants des disciplines suivantes : skate, roller, patins à roulettes, bmx, trottinette.

Accès libre tous les jours de 8h à 22h / A partir de 8 ans (les enfants mineurs doivent être accompagnés d’un majeur responsable)

Source : Skatepark Montauban (Montauban) | Montauban Tourisme (montauban-tourisme.com)

 

Illustration : © Le Pont des Savoirs

[cc] www.la-gazette.org – Publications libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

L’opération Quartiers d’été pour 2022 repose sur deux grandes orientations nationales :

 1) Un temps de respiration, de divertissement et de découverte

Promouvoir le sport – Favoriser l’accès à la culture – Articuler Quartiers d’été et été culturel 2022 – Accompagner dans le départ en vacances en France et en Europe – Articuler Quartiers d’été et Vacances apprenantes  – Développer l’esprit critique et citoyen des jeunes – Soutenir la parentalité

 2) Un temps de rencontres et de renforcement du lien social

Prendre soin de soi et des autres  – Prendre soin de la nature – Favoriser l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat dans les quartiers – Mobiliser les acteurs locaux pour permettre aux jeunes de trouver des jobs d’été – Favoriser les expériences de « volontariat rémunérateur » tels que les chantiers d’insertion ou éducatifs – Se former et acquérir des compétences structurantes pour soi et valorisables sur le marché du travail – Favoriser les rencontres et activités inter-quartiers et/ou intergénérationnelles   Assurer la mobilisation des dispositifs de participation et d’engagement citoyen – Renforcer les liens entre les habitants des quartiers et les institutions

Les animations des Quartiers d’été sont  organisées au bénéfice des résidents et résidentes des quartiers prioritaires de la ville.

Merci à Dana pour sa publication en directe avec nos jeunes, Véronique La Curieuse et les Amissiens bien sûr!

AMISS fait tomber le record de la tour infernale

Quartiers Été 2022

 

Le record de la plus haute tour infernale détenu par Bouger Pour S’en Sortir depuis 2020 a été battu ce lundi 22 août.

Les six jeunes participants d’AMISS ont relevé le défi : le nouveau record de la tour s’établit à 64 centimètres désormais.

 

Amine, Aniss, Aya, Ibrahim, Malek et Mohamed étaient bien décidés à pulvériser le record détenu par les équipes de Bouger pour S’en Sortir.

C’est sur la place de la Laïcité devant la maison des associations qu’ils se sont installés de façon à ce que chacun puisse apprécier leur engagement dans la compétition.

 

Un défi Motivant ou Agaçant ?

 

 

Les avis sont partagés.

Certes, c’est très agaçant car construire en 20 minutes une tour avec des spaghettis et des bonbons mous n’est pas simple : « le bonbon colle quand on le manipule et les spaghettis se cassent » regrette Aya.

Mais c’est justement ça qui devient motivant car il faut trouver la technique « et j’ai trouvé la méthode » nous dit Ibrahim.  Effectivement, il s’est concentré et a judicieusement exploité les rainures du banc pour renforcer la fondation de sa tour bien aidé par Amine qui assure les contreforts au fur et à mesure que l’édifice s’élève. Quant à Mohamed, il est leur premier supporter et les encourage.

Le duo Aya, Aniss a un peu plus de mal d’autant que Malek, appelée à la rescousse aurait tendance à manger les bonbons plutôt qu’à les utiliser dans la construction. Elle trouve d’ailleurs que ce jeu est « très bon » !

 

 

La tour de 64

 

 

Les 20 minutes imparties à la  construction sont épuisées : la tour d’Amine, Ibrahim et Mohamed tient bien droite (même si elle penche un peu).

Reste à la mesurer. L’équipe mise sur un record à 62 centimètres.

Ce sera 64 centimètres.

La fierté explose : « AMISS a triomphé : on  a le record ». Certes, mais quel record ? record de France ? record du Monde ?

Mieux :  c’est le record de la Gazette des Quartiers !

Quant à Aniss dont l’équipe n’a pas réussi à élever sa tour, il affirme en souriant : « je suis très fier que l’autre équipe ait gagné pour AMISS ». Champion du fair play !

 

Alors si vous voulez battre le record : prenez des spaghettis et des bonbons mous, un mètre ruban : bâtissez votre tour en 20 minutes et mesurer. Envoyez la photo de votre record à la Gazette.

 

 

 

Retrouvez les expériences de la tour Infernale aux liens ci-dessous :

La Tour Infernale : le débat | La Gazette des Quartiers (la-gazette.org)

La tour infernale | La Gazette des Quartiers (la-gazette.org)

 

 

 

 

 

Publication assurée avec la collaboration de :

Amine, Aya, Aniss, Ibrahim, Malek et Mohamed

et le soutien de Julie

 

Illustration : © Le Pont des Savoirs

[cc] www.la-gazette.org – Publications libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source

 

 

L’opération Quartiers d’été pour 2022 repose sur deux grandes orientations nationales :

 1) Un temps de respiration, de divertissement et de découverte

Promouvoir le sport – Favoriser l’accès à la culture – Articuler Quartiers d’été et été culturel 2022 – Accompagner dans le départ en vacances en France et en Europe – Articuler Quartiers d’été et Vacances apprenantes – Développer l’esprit critique et citoyen des jeunes – Soutenir la parentalité

 2) Un temps de rencontres et de renforcement du lien social

Prendre soin de soi et des autres  – Prendre soin de la nature – Favoriser l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat dans les quartiers – Mobiliser les acteurs locaux pour permettre aux jeunes de trouver des jobs d’été – Favoriser les expériences de « volontariat rémunérateur » tels que les chantiers d’insertion ou éducatifs – Se former et acquérir des compétences structurantes pour soi et valorisables sur le marché du travail – Favoriser les rencontres et activités inter-quartiers et/ou intergénérationnelles   Assurer la mobilisation des dispositifs de participation et d’engagement citoyen – Renforcer les liens entre les habitants des quartiers et les institutions

Les animations des Quartiers d’été sont organisées au bénéfice des résidents et résidentes des quartiers prioritaires de la ville.

Merci à véronique La Curieuse, Dana du pont des savoirs et les enfants pour cet article.

Quartiers d’été et Gazette des quartiers

Quartiers d’Été 2022

 

Quand un journaliste vient à la rencontre de jeunes participants à un atelier des Quartiers d’été d’AMISS, c’est pour faire un article.

Sauf qu’ici, ce sont les jeunes qui ont interviewé le journaliste.

Quelle meilleure méthode de s’initier à l’échange et au rendre compte de ses observations que d’inverser les rôles ?

 

 

Tel est pris qui croyait apprendre

Michel Larrue, MILA de son nom de plume journalistique, avait gentiment accepté l’invitation d’initier les jeunes aux techniques de base du journalisme de proximité. Il leur avait même concocté soigneusement une synthèse du comment bien faire. Dans sa présentation, il va relever tout l’intérêt de la mission journalistique à découvrir de nouveaux sujets, de les transmettre aux autres et de se sentir utile dans ce relai d’information.

Rapidement, les jeunes qui avaient bien préparé cette rencontre, interrogent MILA sur comment il est venu au journalisme de proximité et pourquoi, ce qu’il aime surtout dans ce métier, comment il a accès aux sources, comment il choisit ses sujets d’investigation, quels sont ses sujets de prédilection, comment il vérifie ses sources pour être sûr de ne pas donner de fausses informations ; et tant encore…

Voilà donc le vrai journaliste qui range son appareil photo, son enregistreur, son carnet de notes. C’est une évidence : aujourd’hui ce n’est pas lui qui fera l’article mais bien les jeunes. On le joue donc à l’envers.

 

Qui est donc MILA ?

Amine et Aniss ont bien retenu que MILA «est un passionné de sport, surtout de rugby. Il a commenté beaucoup de matches à la radio avant de venir à l’écriture d’articles. Il aime toujours faire des articles sur le sport, tous les sports».

Mohamed complète : « comme ça, il a pu rencontrer des tas de personnes et même des stars comme le Président de la République, des ministres et plein de politiques et des acteurs de cinéma et de la musique. »

Julie commente : « surtout, il a le respect de la personne rencontrée que ce soit un Président de la République ou un simple citoyen. Il sait rester positif et a le souci de mettre en valeur la personne rencontrée quand bien même il ne partage ses idées. »

Aya est impressionnée : « il connaît beaucoup de gens, partout qui lui font confiance et lui donnent des informations pour qu’il puisse les partager le plus vite possible dans le journal. »

« Mais attention, il sait qu’il ne peut pas tout dire, précise Malek, il vérifie que les choses soient vraies, il cherche des preuves. Il ne dit rien de méchant sur les gens »

Aniss lui reste subjugué : « il a rencontré le Président de la République quand même ! je connais maintenant quelqu’un qui l’a rencontré ! »

 

 

Ce que doit faire un bon journaliste

Mohamed rappelle qu’il faut demander toujours l’autorisation de faire une photo et d’enregistrer la discussion. « C’est important, ajoute Ibrahim , car MILA nous l’a dit, avoir une bonne photo et un bon titre, c’est ce qui va donner envie aux gens de lire l’article » Et Malek confirme que c’est bien la règle n°1 : bon sujet + titre et photo qui accrochent .

Amine précise : « il a dit aussi qu’il ne fallait pas faire de fautes d’orthographe car s’il y en a, des gens appellent le journal pour s’en plaindre ».

Surtout, le journaliste doit avoir des idées pour séduire les lecteurs.

Or ça, c’est bien le sujet de l’atelier des jeunes qui ont pour objectif de trouver un sujet de publication Gazette des Quartiers qui « va déchirer ». Pas question de « marronniers », ces sujets bateaux qui reviennent régulièrement.

Immédiatement, l’équipe s’interroge « le journalisme à l’envers » est-ce bien un titre qui va plaire ?

Qu’importe, avec tout ce que les jeunes ont découvert lors de cet échange, peut-être que dans quelque temps, ils répondront à l’appel présenté par MILA : devenir correspondant d’un journal de proximité.

 

 

 

Publication assurée par :

Amine, Aya, Aniss, Ibrahim, Malek et Mohamed

 Avec le soutien de Julie

Et la généreuse implication du journaliste Michel Larrue

 

Illustration : © le Pont des Savoirs

[cc] www.la-gazette.org – Publications libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source

 

 

L’opération Quartiers d’été pour 2022 repose sur deux grandes orientations nationales :

 1) Un temps de respiration, de divertissement et de découverte

Promouvoir le sport – Favoriser l’accès à la culture – Articuler Quartiers d’été et été culturel 2022 – Accompagner dans le départ en vacances en France et en Europe – Articuler Quartiers d’été et Vacances apprenantes  – Développer l’esprit critique et citoyen des jeunes – Soutenir la parentalité

 2) Un temps de rencontres et de renforcement du lien social

Prendre soin de soi et des autres  – Prendre soin de la nature – Favoriser l’insertion professionnelle et l’entrepreneuriat dans les quartiers – Mobiliser les acteurs locaux pour permettre aux jeunes de trouver des jobs d’été – Favoriser les expériences de « volontariat rémunérateur » tels que les chantiers d’insertion ou éducatifs – Se former et acquérir des compétences structurantes pour soi et valorisables sur le marché du travail – Favoriser les rencontres et activités inter-quartiers et/ou intergénérationnelles   Assurer la mobilisation des dispositifs de participation et d’engagement citoyen – Renforcer les liens entre les habitants des quartiers et les institutions

Les animations des Quartiers d’été sont organisées au bénéfice des résidents et résidentes des quartiers prioritaires de la ville

Merci à Véronique La Curieuse, Dana et les enfants pour cet article.

Quartiers d’été 2022

Dans le cadre des quartiers d’été et été culturel, nous organisons du 22 au 26 août 2022, un atelier découverte sur l’archéologie pour les primaires du CP au CM2 avec Claire Fradet, archéologue et coordinatrice de l’association archéologie de Montauban et un atelier initiation journalistique pour les collégiens de la 6ème à la 3ème avec Véronique la Curieuse en partenariat avec la gazette des quartiers et le Pont des Savoirs.
Ces ateliers sont gratuits mais uniquement sur inscriptions.
N’hésitez pas à nous contacter au 05.81.98.40.08 pour plus d’informations.

Web radio

Nous sommes allés à la maison de la région cet après-midi pour l’avant-première de la diffusion de la web radio réalisée par les jeunes de l’association ASEC. Plus de 30 heures de travail ont été effectués sur le thème très vaste de la liberté.
Le travail de nos jeunes de l’Amiss a été mis en avant dans cette web radio en diffusant la chanson qu’ils avaient créée avec Muriel Erdody pour la semaine de la laïcité.
Nous remercions l’Asec pour leur invitation et nous félicitons le travail de ces jeunes très impliqués.
Peut être une image de 4 personnes, personnes debout, intérieur et texte qui dit ’MAISON de MA région I’Peut être une image de 13 personnes, personnes assises, personnes debout et intérieur

ateliers avec l’association AMISS

L’association Confluences, nous a proposé de participer à 2 ateliers avec Hélène Bléhaut auteure illustratrice. L’objectif de ces ateliers était de réaliser des  autoportraits incluant une réflexion autour des « mots de la tribu » en vue d’investir les espaces vitrés de la Mémo. Nos collégiens de 6èmes/5èmes ont investi totalement les vitres de la Mémo et ont pu laisser parler leur créativité.

 

Allez hop, c’est le printemps!

Moment de partage aux jardins familiaux sous un beau soleil du mois de mai. Les enfants et les mamans ont bêchés, plantés, arrosés et même goûtés les herbes aromatiques du jardin.
Pour finir l’après-midi, création de Land-Art.. Rien ne se perd dans la nature, tout est d’une grande utilité.
Nous remercions Gaelle et Cléane du centre social de la Comète pour leur accueil et leur gentillesse.

les archives départementales

Petite visite pendant les vacances scolaire aux archives départementales. Nous avons été accueillis par Anne-Marie Arnaud Ibres, Cheffe du service public, actions éducatives
et culturelles des archives départementales.
Un atelier créatif a été proposé aux enfants. Ils ont pu repartir avec leur sceau en plâtre représentant soit le Prince Noir, le Roi de France ou encore un petit métier.
Les enfants mais aussi les grands ont été impressionnés par les vieux livres conservés et archivés précieusement.

Espace des Augustins

Nous sommes allés à l’espace des Augustins à Montauban, afin de découvrir l’exposition de Cendrine Bonami-Redler qui porte le nom d’une expression que nous apprécions tellement dans le Tarn-et-Garonne… »Avec plaisir! »
Petits dessins de carnet de voyage insolite à travers notre département.
Moment très agréable avec les familles que nous accompagnons et pour certaines mamans l’envie furieuse de reprendre des cours de dessins.
Peut être une représentation artistique de plein air
Aucune description de photo disponible.

Musée des compagnons

Nous sommes allés visiter le musée de l’Union Compagnonnique situé au centre de ville de Montauban dans une toute petite rue derrière le théâtre. La première réaction des gens  » Tiens il y a un musée ici? « 
Christian Delperié, Maître des lieux si l’on peut dire, serrurier à la retraite nous a raconté l’histoire des compagnons, du musée et nous a fait découvrir de nombreux chefs-d’œuvre créés par des élèves compagnons. Ce musée n’est ouvert que sur rendez-vous alors n’hésitez pas à les contacter car cet endroit est une véritable pépite.